Princesa de Éboli, Duquesa de Pastrana, Ana de Mendoza de la Cerda (1540-1592), intrigante, scandaleuse, possible traîtresse sous le règne du roi Felipe II, fils de l´Empereur Charles-Quint, au destin si tragique. Quel personnage !

Princesa_de__boli_Ana_Mendoza_de_La_Cerda

Princesa de Éboli, seul portrait d´elle.

Auncun document officiel n´explique la perte de l´oeil droit.

Je vais vous raconter comment j´ai connu Pastrana et son hôte la plus célèbre, la Princesa de Éboli.

Il y a bien 15-20 ans, un ami français, résident à Madrid me proposa d´aller déjeuner à Pastrana dont je garde aussi un magnifique souvenir d´un cordero de Castilla (agneau) rôti au feu de bois dans une des salles du Palacio, aménagée en Table d´Hôtes, ce n´était pas un restaurant 4 étoiles, on y était très bien, on sentait la présence de la Princesa, enfin moi.

J´ai donc découvert Pastrana et l´intrigante et scandaleuse Princesa de Éboli et fut impressionnée par son Palacio fortifié du XVI ème siècle. Alors qu´à la même époque en Touraine, l´architecture des châteaux était influencée par l´Italie, la Renaissance.

Le personnage m´a intéressé et j´ai cherché à savoir, à connaître sa vie qui fut tourmentée dont je vais essayer de vous la raconter sommairement.

Source :

Livres :

- La Princesa de Éboli d´Antonio Herrera Casado

- La princesa de Éboli de Manuel Fernandez Alvarez

- Antonio Perez de Gregorio Marañon

Wikipedia.

Aristocrate espagnole de Castille, elle appartenait à l´une des plus puissantes familles de l´époque.

Elle se maria à 12 ans avec Ruy Gomez de Silva, sur recommendation du prince Felipe, futur Felipe II d´Espagne

Ruy Gomez de Silva était secrétaire du Prince, deviendra ministre sous son règne.

Après son mariage, elle resta vivre 4 ans chez ses parents avant de rejoindre la résidence de son mari.

Palacio de los Príncipes de Éboli qu´ils firent construire à Pastrana, près de Guadalajara, région de Castilla la Mancha, à 110 km de madrid

DSC04832

Elle eut 10 enfants.

Elle fut une des plus belles Dames de la Cour, une des femmes les plus talentueuses de son époque, hautaine, décidée, intrigante. Elle y exerça une grande influence, proche du roi Felipe II et son épouse, Isabelle de Valois, fille d´Henri II et Catherine de Médicis.

Les Princes d´Éboli décidèrent de faire construire deux couvents à Pastrana, qui seraient régis par l´ordre des Carmelitas Descalzas (Carmélites sans chaussures) dont la Fondatrice était Teresa de Jésus d´Avila, Santa teresa de Avila.

A la mort du Prince d´Éboli, la Princesa décida devenir religieuse Carmélite dans un couvent de Pastrana et obligea ses domestiques à le devenir aussi.

Teresa de Avila, la fondatrice accepta avec difficulté cette décision.

Teresa_de_Avila_Licence_Doc_libre_GNU

Teresa de Avila.

On lui concéda donc une cellule austère dans un couvent de la ville.

Elle s´en fatigua et s´installa dans une petite maison située dans le jardin du couvent avec ses domestiques. Cette maison avait un accès direct à la rue, ce qui lui permit de sortir comme bon lui semblait.

Devant cette situation, Teresa de Avila ordonna aux religieuses d´abandonner le couvent.

La Princesa se retrouva donc seule avec ses domestiques jusqu´au jour où elle décida de repartir dans son Palacio à Madrid, après avoir publié une autobiographie déformée de Teresa de Avila, ce qui provoqua un scandale en pleine Inquisition.

L´oeuvre fut interdite pendant dix ans.

Après la mort de son mari et l´episode Carmélite. Installée à Madrid, il semblerait qu´elle fut l´amante d´Antonio Perez (aucun document ne le confirme), secrétaire du roi Felipe II.

Nous ne savons pas exactement si elle rechercha en lui, amour, politique, appui, pouvoir (certainement tout à la fois).

Ecrivains, historiens, beaucoup d´entre eux ont proclamé leur intérêt envers la Princesa et essayé de relater sa vie.

Gregorio Marañon, docteur, scientifique, écrivain, penseur considéré comme l´un des plus brillants intellectuels espagnols du XX ème siècle écrit dans son livre sur Antonio Perez qu´il était bien l´amant de la Princesa

Et que rien ne prouve que la Princesa fut l´amante du roi Felipe II, mais il est fort probable qu´il était amoureux d´elle et lui aurait proposé avoir des relations.

Felipe_II_D_public

Le roi Felipe II d´Espagne

Juan de Escobedo, secrétaire de Don Juan (frère du roi) surprit les amants (Antonio Perez et la Princesa) et menaça de le conter au roi.

Ce qui causa sa perte.

Les amants décidèrent de l´éliminer.

Pour cela, Antonio Perez culpabilisa de trahison et manigances politiques, Juan de Escubedo qui maintenait des contacts avec les rebelles hollandais, ainsi put-il préparer son assassinat avec l´approbation du roi Felipe II

Source : wikipedia

Les motifs de l´intrigue qui conduisirent à l´assassinat et à la culpabilité de la Princesa ne sont pas très clairs, aucun document n´a été retrouvé.

Un autre possible motif pourrait être :

Le trône du Portugal était vacant à cette époque. Antonio Ruiz et la Princesa auraient-ils intrigué pour l´obtenir pour un des enfants de la Princesa ?

Tout est supposition, rien n´a été confirmé et le roi Felipe II fit brûler toute sa correspondance avant de mourir.

Antonio Ruiz réussit à s´enfuir.

La Princesa fut arrêtée sur l´ordre du roi en 1579, emprisonnée dans une Tour à Pinto, privée de la tutelle de ses enfants et de l´administration de ses biens.

En 1581, elle fut conduite à son Palacio de Pastrana où elle resta prisonnière jusqu´à sa mort en 1592, enfermée 13 ans dans une des tours du Palacio dont la fenêtre était condamnée avec de gros barreaux au premier étage.

La Princesa écrivit de nombreuse lettres au roi, qui restèrent toujours sans réponse et sa peine ne fut jamais allégée.

Sa fille cadette et trois servantes s´occupèrent d´elle jusqu´à sa mort.

Palacio de la Princesa. Tour et fenêtre à droite au 1 er étage condamnée avec des barreaux.

DSC04833

Le Palacio de Pastrana se trouve sur cette place que l´on nomme Plaza de la Hora (Place de l´Heure), je vais vous expliquer pourquoi ?

L´histoire raconte que l´on permettait à la Princesa de rester simplement une heure par jour, à la fenêtre.

Notre regard à tous est attiré par cette fenêtre, car son elle est là...

Prochain message, photos de la petite ville de Pastrana.